Santé

Tendinite du tendon d'Achille

par Miss Evidence » Jeu 15 Jan 2015 22:35

Il y a des prénoms, comme celui d'Achille, qui sont douloureux rien qu'en le prononçant. Pourtant, c'est encore pire lorsque c'est Achille qui pousse son cri de guerre. :roll:

J'ai testé, j'ai détesté… :evil:

Tout a commencé il y a… ça aussi, on ne le voit pas venir ! Un jour, alors que rien ne m'y avait préparée, j'ai senti un petit pincement au niveau du talon, sur le côté intérieur de mon pied gauche (le criminel, c'est lui…!). Oh rien de bien méchant, juste un petit point qui se réveille au départ d'un entraînement et qui s'efface tout seul après quelques minutes de course. En essayant de remonter le temps, je pense que nous étions alors fin août 2013.

Ce petit pincement est devenu un habitué des lieux, squattant à mon insu mon talon. Si léger, si petit, si discret et surtout ne me gênant finalement pas tant que cela pour reconnaître un signal d'alerte. Je poursuis donc mes sorties avec ce plaisir infini de préparer le marathon de New-York, prévu début novembre 2013.

Quand je dis "préparation", je n'avais pas de plan. J'avalais les kilomètres en fonction de mes horaires de travail (qui étaient très irréguliers à cette époque), de ma famille (4 enfants, il paraît que cela grignote le temps libre d'une coureuse !), de mon mari (un coureur plus que compréhensif) et la gestion de la vie de famille (ménage, remplissages du frigo, lessives qui eux… ne sont absolument pas compréhensifs... :evil: ).

Kilométrage de septembre 2013 : 95 km
Kilométrage d'octobre : 108 km

Rien de bien extraordinaire, cela correspondait plus ou moins au même kilométrage des 6 premiers mois de l'année. Petit bémol, étant quelque peu allergique à la chaleur de l'été, il m'est toujours trèèèès compliqué de courir durant juillet et août. Bref, je suis sereine, le coeur bat comme un roi, mes jambes se régalent, New-York m'attend et… Achille me mord au départ de chaque entraînement durant environ 10-15 minutes. Vous avez remarqué, il ne pince plus, il mord. Nuance importante parce que dans l'échelle de la douleur, le message est nettement plus clair. La course de Morat-Fribourg (17,170 km) ayant lieu début octobre, se profile comme un bon exercice pour préparer mon marathon sauf que… j'ai de plus en plus mal et que j'hésite à prendre le départ afin de garder toutes mes chances pour les USA. J'y vais, j'y vais pas ? Qu'est-ce que 17,170 km sachant qu'Achille ne se manifeste que sur les premiers kilomètres ?

Je prends donc le départ de la course de Morat-Fribourg. Cette fois, Achille me torture douloureusement et finalement s'estompe jusqu'à pratiquement s'effacer en fin de course. Ce tordu n'ayant pas dit son dernier mot, dès la fin de la course, une fois mes muscles refroidis, il s'abat sur moi comme un cri. Je rejoins mes amis en boîtant. Nous partageons un repas au restaurant où je fais la connaissance de Corinne et d'Olivier, un couple que je reverrai souvent par la suite, lors d'autres courses. Le dessert n'est plus qu'un souvenir, il est temps de reprendre la route pour rentrer à Genève et…. IMPOSSIBLE de marcher. Poser le pied à terre est l'enfer. Cela ne m'était jamais arrivé. Je sautille jusqu'à la voiture qui heureusement héberge mon mari comme chauffeur, Je n'ai qu'un objectif, caler mon pied et ne plus bouger. Le trajet refroidi encore mon tendon, à l'arrivée la descente de la voiture se faits dans les larmes. La douleur est insoutenable.

Le lendemain, il m'est impossible de poser le pied à terre et je ne peux pas aller travailler. Mon médecin généraliste me prescrit des anti-inflammatoires qui réussissent à masquer la douleur au bout de quelques jours. La vie reprend, la course à pied aussi. Achille a repris son rôle "mordeur", toujours au nivaux du talon avec parfois une option à l'arrière du talon, là où cela remonte en direction du mollet. Vous voyez, ce truc dur et rigide qui dessine la fin du talon avant d'arriver à la partie musculaire ? C'est bien là.

Il m'est IMPENSABLE de rayer New-York de mes projets, rien que pour le prix du billet d'avion et de l'hôtel, mes rêves sont tellement joyeux que je DOIS courir ce marathon, même si ce sera avec cette maudite douleur des premiers kilomètres. Après tout, c'est devenu mon quotidien et cela ne s'amplifie pas non plus. La durée de la morsure reste calquée sur une période de 10-15 minutes maximum.

:P JE COURS NEW-YORK !!! :P

Vient ensuite, l'après marathon. Du repos dites-vous ? Bien sûr ! ;) Enfin… pas trop non plus !!! :oops:

Kilométrage de décembre 2013 : 46 km

C'est là que mon adorable mari est nettement moins adorable. :evil: Il me fait carrément des propositions indécentes : Tu es en pleine forme, tu devrais encore courir quelques petites courses de fin d'année (stylée corrida de 5 km). Faites-moi taire cet intrus !!! Non, au contraire, je le suis ! L'amour est aveugle ? La Miss Evidence est bien naïve, voilà qu'elle insulte carrément Achille en l'ignorant. J'ajoute dans mon panier 4 petites courses durant chaque dimanche du mois de novembre 2013…

OUF… c'est écrit. Sincèrement, c'est en partageant mon vécu avec vous que je me donne des fessées. C'est tellement faux et peu responsable comme attitude… La course à pied qui était mon amie devenait ma pire ennemie parce que je refusais de descendre mon cerveau au niveau tu talon. Combien de STOP Achille m'avait-il lancé ? Je ne sais pas, je ne sais plus…

Le 23 décembre 2013, je me décide ENFIN à consulter un médecin spécialiste de la médecine du sport. Son verdict est confirmé par une échographie et une IRM. Très forte tendinite au niveau de l'insertion du tendon d'Achille. Mon tendon s'est élargi et il y a de très nombreuses calcifications à la suite de nombreux traumatismes endurés lors de mes sorties. Bye bye la course sans délai de retour. Le moral est en chute libre. Je refuse d'admettre cet épisode et même si mes baskets sont rangées, mes pensées courent toujours.

Début janvier 2014, je tombe malade et mon médecin me signe une semaine d'arrêt de travail. Durant cet arrêt, je réussi à faire une chute bête avec un trottoir et je me fracture une cote. Là, le message est clair : le repos est total. Eternuer est tellement douloureux que je découvre les bienfaits d'un canapé devant la télévision !!! Achille bénéficie alors d'un vrai repos. Pourtant… rien à faire, il refuse de faire effort et son mordant reste présent. Chaque matin, au réveil, je grimace méchamment en posant le pied au sol. Je boîte horriblement le temps de traverser mon appartement et après quelques minutes, Achille s'efface. Il me fait le même coup si je reste une heure assise sans bouger. Cette période a été trèèèèès difficile moralement. Ne voyant pas d'amélioration alors que mon corps est au repos, c'est assez déstabilisant.

Mon médecin me propose alors des séances de Mésothérapie. Mot inconnu dans mon vocabulaire mais j'ai vite appris que cela fait mal, même trèèèès mal !!!! Voici une image de mon pauvre talon, déjà si douloureux, une fois qu'il a été piqué d'une cinquantaine de coups d'aiguille…

Image

Mésothérapie : La mésothérapie est un traitement médical consistant à administrer des médicaments par micro-injections dans la peau. Ni médecine parallèle, ni médecine douce, cette technique se rattache directement à la médecine traditionnelle. Elle est née en France en 1952. Le docteur Michel Pistor, qui l'a mise au point, partait de l'idée que le médicament doit parcourir le plus petit chemin possible pour atteindre l'organe visé. La meilleure solution est donc d'injecter le produit dans la peau, à proximité de la lésion à traiter. Cela lui évitait de devoir emprunter la circulation générale, de passer par l'estomac ou le foie.

J'avais une séance par semaine... aie ouille aie ! Docteur... tu me fais mal !

Période de doutes, grande interrogation sur mon avenir en course à pied, j'ai souvent perdu tout espoir. Mon médecin m'a alors ajouté des séances de physiothérapie (je crois qu'en France vous appelez cela un kiné). Début des manipulations fortes, principalement sur mon mollet, et des exercices d'étirement à faire au quotidien (protocole de Stanish).

Protocol de Stanish : https://www.youtube.com/watch?v=i90cPzmv_AQ

Mon médecin me demande de porter des talonettes en silicone dans mes chaussures et cela TOUTE la journée sans exception OU de porter des chaussures à talon, afin de modifier la tension sur mon tendon d'Achille. Il est marrant le toubib, je fais déjà 175 cm alors le coup des chausures à talons... faut pas pousser !!!

Mes talonnettes :
Image

Août 2014, je n'ai pratiquement plus mal ! Qui est l'heureux élu qui a cloué le bec à Achille ???

La talonette, la mésothérapie, la phyiothérapie, les bottines à talon ? Mystère ! Peut-être que ce doux mélange et une énoooooorme envie de revenir dans l'univers de la course à pied a réussi vaincre le vilain Achille. Je peux enfin me lever chaque matin sans boîter, il me reste un très léger pincement.

Je reprends donc la course à pied en douceur (1 séance par semaine et maximum 4-5 km). Les premiers matins sont fragiles et puis... gentiment mon pied se réveille de bonne humeur. Actuellement, je « sens » mon tendon mais il ne s'enflamme pas. Je poursuis mes étirements selon le protocole de Stanish, je bois beaucoup la journée et je ne quitte JAMAIS mes talonettes.

Il y a encore une astuce qui me convient à merveille : A la maison, pour ne pas marcher à plat ou sans talonette, j'utilise une paire de Croc's comme pantoufle. Le caotchouc de cette chaussure est un véritable soulagement pour mon tendon si il s'enflamme un peu.

Si quelqu'un devait avoir d'autres méthodes pour soigner Achille, je serai curieuse de les connaître. De même, si l'une de vous devait tester les talonettes ou les Croc's avec un bénéfice pour son tendon d'Achille, n'oubliez pas de venir me le dire !!! Je serai heureuse que mon « traitement » soit votre solution !
C'est quoi les calories ? Les calories sont des petits monstres qui s'introduisent la nuit dans votre garde-robe et rétrécissent vos vêtements...Sales bêtes !!!!
Avatar de l’utilisateur
Miss Evidence
 
Messages: 750
Inscription: Sam 20 Déc 2014 09:56
Localisation: Genève / Suisse

par Bibiche » Ven 16 Jan 2015 07:35

Achille et moi, une longue histoire aussi.

Été 2003, sortie longue prévue un jour de canicule (enfin petite sortie longue, pas plus de 1h30-2h prévues), je suis en préparation marathon. Il fait chaud, très chaud quand je pars vers 10h30 le matin mais je bois beaucoup avant de partir (plus d'un litre de thé) et à l'époque je partais sans eau, profitant des fontaines ou robinets rencontrés sur mon chemin. Tout aurait du bien se passer sauf que je suis chez mon frère (et je ne connais pas tous les points d'eau) et je me suis plantée sur le parcours et la sortie fera près de 3h. J'ai bien trouvé des abreuvoirs à vaches pour le chien, mais je n'ai pas osé m'y abreuver.

Dès le lendemain je découvre que j'ai un tendon nommé Achille! Kiné (physio et étirements comme indiqué par Miss Evidence), talonnettes en sorbothanne et autorisation de reprendre ma prépa marathon au bout de 3 semaines, plus aucune douleur à ce moment-là.

Depuis cet épisode, je ne pars plus sur du long l'été sans eau, j'étire très régulièrement et je mets des talons un peu plus hauts (et pour moi les chaussons deviennent des tone ups de Schreckers où je suis parfaitement bien (tongs avec talons un peu hauts parce qu'avant j'étais toujours en tongs plates à la maison).

Ensuite 10 ans pendant lesquels je sens parfois mon tendon, mais jamais de douleur importante et à chaque fois avec du repos tout rentre dans l'ordre, je ne l'ai pas du tout senti lors de mes prépa pour les 100km de Millau, les Citadelles et autres trails un peu longs, l'ultra de Lozère... rien, calme plat ni pendant les prépas ni pendant les courses.

Puis en Août 2013, je fais le marathon du Montcalm (2800m de D+ et-) et là en reprenant la route, je le sens à nouveau et surtout je vois qu'il a changé d'allure... je mettrai une photo dès que j'en aurai fait une.

Ensuite la douleur ou la gêne vont rester constantes.

Fin 2013 prépa accélérée pour l'Ultra India race (200km et 5500m de déniv en 5 jours), là je le sens tout le temps, le matin au lever et pendant les sorties qui sont assez longues pour certaines (près de 4h) mais pas de douleur, juste je sais qu'il est là. Personne ne s'inquiète, le doc (du sport qui me suit), mon kiné, on me dit juste qu'il est un peu enflammé...

Première étape en Inde je ne le sens même pas! deuxième jour par contre, dès le 15ème km je crains le pire, Sylvain le doc de la course me propose un strapping qui va s'avérer miraculeux en terme de soulagement. Strapping que je vais donc adopter dorénavant sur les courses.

Je consulte mon rhumato du sport qui m'avait guéri une aponévrosite plantaire avec des ondes de choc et qui avait proposé de tenter sur Achille... sans être très sûr du résultat vue l'ancienneté de l'histoire et l'état de l'inflammation. 7 séances qui n'ont pas apporté de mieux. Après une échographie qui confirme l'inflammation, il me conseille donc de poursuivre tranquillement la course en me contentant de distances plus courtes (bon mais plus court pour moi c'est quand même pour le dernier trail couru 26km et 1600 ou 1700m!).

Je découvre aussi le taping qui soulage parfaitement bien ces douleurs (c'est à dire qu'avec un taping je ne le sens pratiquement plus et je l'adopte donc!

Puis la névrite vestibulaire et l'arrêt obligatoire de la course réveille de manière fulgurante les douleurs (qui irradient depuis près d'un an aussi bien vers l'insertion basse que haute... et me réveillent même la nuit!

IRM et là on découvre une très belle fissure de 19mm sur pus de 50% de l'épaisseur du tendon.

La suite de l'épopée est à venir... peignage le 28 janvier, à suivre donc!
Ce n' est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles." Sénèque
Avatar de l’utilisateur
Bibiche
 
Messages: 137
Inscription: Mer 10 Déc 2014 12:31

par babou » Sam 17 Jan 2015 21:15

On attend le retour post opératoire, ma Bibiche ! en espérant une guérison complète et une reprise progressive de la CAP et enfin, l'envol vers de nouveaux projets.
Toujours y croire
babou
 
Messages: 94
Inscription: Ven 19 Déc 2014 21:23
Localisation: région de Liège Belgique

par Free Wheelin Nat » Dim 18 Jan 2015 09:09

babou a écrit:On attend le retour post opératoire, ma Bibiche ! en espérant une guérison complète et une reprise progressive de la CAP et enfin, l'envol vers de nouveaux projets.

+1 Il serait temps qu'il te laisse tranquille, ce satané Achille...
Rien n'est plus semblable à l'identique que ce qui est pareil à la même chose (Pierre Dac)
Avatar de l’utilisateur
Free Wheelin Nat
 
Messages: 1059
Inscription: Mer 10 Déc 2014 08:25
Localisation: Arrière-pays niçois

par Miss Evidence » Jeu 22 Jan 2015 23:43

J'suis nouille…. j'ai oublié un détail qui a son importance !

Depuis que j'ai recommencé à courir, je glisse mes talonnettes en silicone dans mes chaussures de course à pied. Au début cela me faisait bizarre mais depuis, je suis tellement habituée que je ne peux plus m'en passer.

Courir sans les talonnettes et les douleurs reviennent.
Courir avec les talonnettes et le sourire revient !
C'est quoi les calories ? Les calories sont des petits monstres qui s'introduisent la nuit dans votre garde-robe et rétrécissent vos vêtements...Sales bêtes !!!!
Avatar de l’utilisateur
Miss Evidence
 
Messages: 750
Inscription: Sam 20 Déc 2014 09:56
Localisation: Genève / Suisse


Retourner vers Santé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités