Le récit de vos courses

UTV 2017

par Free Wheelin Nat » Lun 18 Sep 2017 21:36

A prendre au sérieux, si on veut! ;)

Bon d'là de bon d'là,
L'aurait fallu courir en bottes  ,
Vercors , spice de farceur, pourquoi tant de flotte ?


La Quête


Au départ de l'épreuve, il fait doux, presque moite.
La montée qui, à la sortie du bourg , calmera rapidement les ardeurs des plus bavards, est un énorme et sinueux dragon médiéval presque endormi , yeux mi-clos, qui avale goulûment , avec délectation, la presque armée humaine qui part chercher, quelque part dans le Vercors, son Graal .
Sa gueule terreuse est pavée de pierres blanches et sa gorge, dans le faisceau commun des frontales, un long boyau feuillu et étroit. qui exhale une douce haleine humifère et végétale.

L'arche boisée fait place à des prés humides où de lourds chevaux placides regardent passer sans intérêt particulier la longue file de marcheurs besogneux , concentrés sur l'ascension qui mène au Col Vert. Leurs chevaliers en armure sont sûrement encore endormis dans la petite maison en pierre, là, juste à gauche..

Et là haut, cent lumières scintillantes doucement gravissent un sentier à flanc de montagne, laborieusement, religieusement presque... Vertige inversé ou élévation ?
Le vaillant paladin qui aborde cette muraille étoilée ne peut s'empêcher de craindre l'effort consenti pour atteindre le col à peine découpé dans l'obscurité, si ce n'est l'inconnu qui se cache derrière . Mais l'habite également une douce euphorie , un joyeux élan qui l'entraîne , pour la première fois, ou à nouveau, à l'assaut de la magie du Vercors.
C'est la Quête, pour chacun différente, pour chacun unique. Identifiée ou juste promesse derrière un portail clos.
Une bascule vers l'aube, et apparaît la muraille qui fait face au sombre et gris horizon, de langues de cendre parsemé.
Le troupeau d'humain se fait file de fourmis au pied d'un géant de pierre, file étirée comme à l'infini, petits pointillés fait d'humanités paillardes, besogneuses, concentrées , aux boyaux agités , ou aux épidermes déjà rafraichis aux premières ondées .

Le minéral fait place à la verdoyante montée, presque muraille du Pas de la Balme qui s'éclaire avant la nuée.
Sur l'autre versant, d'aucuns s'arrêtent pour sortir de la besace un soutien solide, une douceur ou de quoi se couvrir, l'air est froid et agité , les corps se voûtent et affrontent le Passage.
Les nuées s'abattent cette fois-ci sur la descente vers Corrençon, et poursuivent dès lors les soldats devenus pèlerins , certains déjà douloureux, d'autres encore imperméables aux avanies célestes, mais tous tendus vers leur but.
Les sombres forêts abritées du vent , Bois Barbu, route , vallée, village... si certains retiendront de leur périple un récit dans le temps, d'autres garderont en eux un kaléidoscope d' images, de sons, de bruits, la sensation sur leur peau de la pluie et du froid, de conversations réchauffant brièvement leur solitude ou tout simplement la joie d'être là, et bien là.

Quelle quête... Quelle dureté, mais quelle beauté... Eclats de rires partagés avec lumineuses compagnes trempées et joyeuses, sourires échangés entre badauds et marcheurs vaporeux, solitaires transis mais plein d'espoir, insouciants jeunes loups, amazones intouchables ou chevaliers de l'impossible, c'est toute une humanité qui s'étend , là, sous la grisaille ou l'éclaircie.

Autrans n'est que déluge , et n'offre que peu d'abri pour enfiler une cape, un vêtement, se restaurer ou remplir son outre.
Mais la vie et le bruit qui y règnent fouettent un instant les esprits fatigués et ravivent l'enthousiasme généré par la Quête.
Et éloignent un instant les trolls humides et fangeux qui troublent les volontés presque gelées aux rafales teigneuses.
Mais oui, la Quête, cette chance, cette joie , cette vie ! Comment l'oublier ?

Certains combattent les éléments, d'autres les intègrent, les acceptent, les accueillent.
L'ascension du Pas du Curé seront pour qui, une parenthèse à gravir et presque un jeu, pour d'autres une épreuve de plus parmi les épreuves de l'Epreuve.
Sur une sombre piste aux cailloux blancs, presque une plainte «  j'ai froid, si je m'arrête, je ne repars plus » .
« Chuttt... Tais toi... Garde ton énergie »
Merci compagnon, merci .
Qui que tu sois, ces mots presque durement lancés ont réconforté l'âme devant toi un instant égarée, Je le jure , je l'ai vue recouvrer volonté et confiance, son pas s'est affirmé !

Les croisés du Vercors ayant passé St Nizier auront sûrement vu le ciel s'éclaircir, la vallée s'éclairer, et l'espoir renaître, il réussiront, c'est sûr !
Même les ténèbres qui suivront n'intimideront pas les faisceaux des frontales et les marcheurs fatigués , ils arrivent, et le calice comme le nectar qui l'accompagne les attendent !
Et quel bateleurs, quel festin les accueillent !

Ripaille et cervoise récompensent le vainqueur comme le blessé
Le finisheur, le sage ou le guerrier!

C'est ça le Vercors ami traileur
Dans l'eau le froid, ou la chaleur ,
Qu'on en rie ou qu'on en chie
D y revenir, on se réjouit !

Qu'on n'aime ou pas cette chansons de geste,
Faudra pas dire « on en a gros »
Il vous l'a dit, « prenez vos vestes »
Faut l'écouter, Samontetro !
Rien n'est plus semblable à l'identique que ce qui est pareil à la même chose (Pierre Dac)
Avatar de l’utilisateur
Free Wheelin Nat
 
Messages: 970
Inscription: Mer 10 Déc 2014 08:25
Localisation: Arrière-pays niçois

par lapuce92 » Lun 18 Sep 2017 22:20

Mais quel talent!!! J'en suis soufflée!!!! QUelle écriture, j'ai adoré!! Bravo encore pour ce Vercors dans des conditions dantesques, même si l'aventure chevaleresque s'est terminée un peu plus tôt que prévu...
Avatar de l’utilisateur
lapuce92
 
Messages: 2150
Inscription: Mer 10 Déc 2014 07:58

par banditblue29 » Lun 18 Sep 2017 22:41

Une approche du récit original, comme on l'aime :D .
Vraiment tu es passée dans le long boyau d'un dragon :lol: .
Je ferais plus attention lors de ma prochaine escapade de nuit :D .
Bravo pour ce "presque" UTV.
Avatar de l’utilisateur
banditblue29
 
Messages: 3366
Inscription: Mer 10 Déc 2014 07:46
Localisation: Var

par delphine_h » Mar 19 Sep 2017 09:10

voilà toute la différence entre un coureur sur route et un ultra-traileur. La poésie.
Merci pour ce récit qui guidera mes pas aujourd'hui.

Delphine
delphine_h
 
Messages: 260
Inscription: Mer 31 Déc 2014 12:46
Localisation: Rennes


Retourner vers Le récit de vos courses

cron

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité